La chirurgie de demain sera micro

La chirurgie de demain sera micro

Robot chirurgical

Vous souvenez-vous du dessin animé « Il était une fois la vie » ? Avez-vous déjà imaginé que des petits êtres pouvaient investir votre corps pour combattre les agressions extérieures ? C’est ce que la science, combinée aux progrès technologiques, sont sur le point de mettre en place…

Chacun connaît déjà ces minis caméras qui permettent d’explorer une partie du corps par une simple incision, et grâce auxquelles les médecins peuvent diagnostiquer au plus juste. Bientôt, nous dirons de cette pratique qu’elle est obsolète. En effet, depuis environ 5 ans, la médecine et plus particulièrement le domaine chirurgical connaît de vrais bouleversements qui pourraient, à terme, révolutionner le métier de chirurgien et la pratique des opérations dites « à risques ». C’est ainsi que les premiers micros robots sont nés, grâce à des chercheurs japonais qui avaient eu l’idée de mêler la mécanique à la chirurgie. Après avoir permis d’analyser par images et de diagnostiquer, les nouvelles technologies, couplées à la micro robotique, vont donc permettre d’intervenir dans le corps humain pour le soigner et le réparer directement de manière non invasive et bien moins traumatisante que la chirurgie classique actuelle.

Robots pour être vrai

En 2008, des chercheurs de l’Université du Nebraska ont par exemple présenté des petits robots munis de roues, d’une hauteur de 7,5 mm, qui peuvent être glissés dans le corps humain par de petites incisions pour ensuite être téléguidés par des chirurgiens.

Ils avaient pour but principal de permettre à des chirurgiens sur Terre d’opérer des patients dans l’espace via un système de caméra et de retranscription des gestes à distance qui permettent des interventions encore plus précises, plus rapides et moins traumatisantes pour les patients. Au printemps prochain, des tests seront effectués sur ces types de mini robots au cours d’une expérimentation de chirurgie à distance : des astronautes se tiendront dans un laboratoire sous-marin au large de la Floride et simuleront une opération de l’appendice, guidés par des chirurgiens à plusieurs kilomètres de là. En cas de réussite, ces robots pourraient être utilisés pour effectuer des opérations à distance sur des personnes se trouvant dans des endroits isolés ou très difficiles d’accès.

Maman, les petits robots, qu’on voit sur l’eau, ont-ils des ailes…

En 2009, à la conférence ILSI-Biomed Israël, plusieurs chercheurs de la Medical Robotics Laboratory de l’Israel Institute of Technology (Technion) ont présenté un micro-robot du nom de ViRob, équipé de caméras et de micro pinces, qui ne mesure qu’un millimètre de diamètre sur quatorze, et qui peut ramper à travers les vaisseaux et les cavités sanguines quand il est contrôlé par un champ magnétique externe. On pourrait alors l’utiliser pour délivrer une quantité précise de produits médicamenteux (pour les cancers du poumon par exemple) ou pour réaliser une micro réparation d’artère par exemple. Ce robot du futur pourrait donc tout changer dans la vie des patients et permettre des traitements plus ciblés avec moins d’effets secondaires bien souvent dus à la diffusion de produits dans le corps entier. Et même si le ViRob ne saurait réagir de façon pragmatique en cas d’urgence, les écrans grossissant jusqu’à soixante fois, sur 180°, son opération dans le corps humain pourront largement permettre au chirurgien de programmer son assistant robotisé comme il le faut.

Aujourd’hui, une quarantaine de chirurgiens français, dont une majorité d’urologues, mais aussi des chirurgiens thoraciques, des gynécologues et des ORL, utilise la technologie robotique pour alléger ses opérations et les maîtriser avec plus de précision. Nous ne sommes encore qu’aux prémices de la micro chirurgie par micros robots, mais d’ici à une vingtaine d’année la médecine prévoit de grandes évolutions et des changements fondés sur la réalité augmentée, une nouvelle mécanique et la programmation de petits êtres robotisés qui pourront se déplacer dans notre corps, y repérer les anomalies et les soigner de manières immédiates.

La possibilité nouvelle d’utiliser à distance des micro-robots à l’intérieur même du corps humain, tant pour les investigations que pour les analyses et les interventions, ouvrira demain à la télé-médecine un immense champ d’action et permettra des progrès notoires en matière de santé publique, notamment dans les pays en voie de développement. Mais il faudra cependant veiller à ce que ces nouvelles technologies médicales soient humanisées et ne rompent pas le lien personnel de confiance qui est primordial et qui unit les médecins et leurs patients.

Auteur : Adelaïde Lees

Dossier Spécial Santé sur Marketing-professionnel.fr

La santé entre plaisir et contraintes

L’auto médication au menu !

Santé : retour vers le futur ?

L’internet, au cœur de la santé



1 commentaire

  1. avatar

    paula

    16 février 2010 at 18:07

    J’ai déjà beaucoup de mal à accepter de dépendre d’un chirurgien pour une opération mais là par un robot ce n’est vraiment pas encore dans nos moeurs, nil est clair qu’il faudra veiller à humaniser ces opérations car la relation médecin malade va être sérieusement mise en question nous allons devenir totalement un simple numéro

Commentez !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *