La technologie RFID : Gardons-nous le contrôle ?

Pleine de promesses en matière d’usages consommateurs et de sécurité des biens, la RFID est aussi sujette à controverse. Entre révolution de la consommation mobile et menaces d’un traçage de données non régulé, l’identification par radiofréquence soulève de nombreuses questions.

La RFID : une technologie pleine de promesses

Les puces RFID, de l’anglais Radio Frequency Identification ou Identification par Radiofréquences, sont de plus en plus présentes au quotidien. Invisible ou bien souvent ignorée, cette technologie nous entoure pourtant.

En pratique, elle permet d’envoyer des informations d’un point A à un point B par une simple transmission d’ondes radio (radiofréquence). Utilisées comme moyen de localisation (livre, automobiles, bagages, etc.), ou comme moyen d’identification (implants sous-cutanés pour animaux, badges électroniques, etc.), ces puces très discrètes sont ainsi pleines de ressources et nous permettent d’améliorer considérablement notre quotidien.

Toutefois, derrière l’aspect gadget se cache un nouveau moyen de sécuriser notre mode de vie. La RFID est déjà utilisée contre le vol en magasin, ou la contrefaçon, par exemple, car les puces deviennent de plus en plus difficiles à imiter et bien plus fiables que les codes barres. Plus incroyable encore, certaines cliniques les utilisent pour lutter contre les enlèvements en les implémentant directement au bracelet des nouveau-nés.

En l’appliquant à des domaines plus vastes, la RFID procurerait même une solution aux vols de voiture ou de portable. Il deviendrait en effet très facile pour la police de localiser les biens volés puis d’intervenir.

Par ailleurs, d’autres progrès sont à l’étude : imaginons que cette technologie remplace entièrement le code barre et qu’elle soit présente sur tous les produits que nous consommons. Pourquoi ne pas envisager un réfrigérateur capable de reconnaître automatiquement les produits qu’il contient (nombre, prix, dates de péremption). Ou bien de se connecter à Internet pour commander à distance une liste préprogrammée par puce RFID.

Un système adopté sans être régulé

La technologie RFID a fait rêver le monde de l’industrie et celui du tertiaire, sans oublier celui du marketing. Cependant, ses tenants et ses aboutissants échappent au grand public ce qui favorise la méfiance à l’égard des puces bien que ce manque d’information ne soit pas seul responsable d’un sentiment d’insécurité.

L’absence de législation pousse aussi les consommateurs à craindre l’inconnu. L’engouement général pour la technologie semble avoir occulté la nécessité d’encadrer cet outil de contrôle. Autrement dit, les entreprises ont une pratique sauvage de ce système de mémorisation et de récupération de données. Or, normer ce système deviendra le premier besoin essentiel à son fonctionnement pérenne et à son adoption par le grand public. Contrôler cet outil de contrôle est une priorité que ses inventeurs ont peut-être oubliée.

Pour un consommateur, le simple fait de savoir si un produit est pourvu d’une puce RFID lui permettrait de mieux appréhender cette technologie. Premier concerné, ne serait-il pas en droit de savoir ce qui est stocké dans la puce, comment et par qui cela peut être utilisé ?

La polémique Big Brother

Fiable pour certains, la RFID s’apparente pour d’autres moins à un système de sécurité personnalisable qu’à un outil de contrôle ou de discrimination supplémentaire. Les détracteurs de cette technologie ont ainsi fait de la polémique des passeports biométriques leur cheval de bataille en pointant du doigt les informations abusives contenues à leur insu sur les passeports de personnes issues du Maghreb.

Autre point de désaccord majeur, la sécurité des cartes de crédits. Des hackers ont trouvé le moyen de pirater les informations de paiement à l’aide d’un lecteur de radiofréquence disponible sur Internet (environ 8 €). Simple comme bonjour, il suffit de passer à côté de la carte de crédit pour scanner sa fréquence et enregistrer les informations de payements sur le lecteur !

Dernier sujet sensible, celui de l’implantation de puces sous-cutanées. Scanner une personne pour l’identifier et pour régler ses achats : l’idée à de quoi séduire les fans de science-fiction. Mais que se passerait-il en cas de hacking de l’identité ? Si notre identité est définie par un ensemble de radiofréquences cela signifie qu’on crée un accès direct à notre vie privée. En plus des questions éthiques posées au droit à l’intégrité physique, les puces sous-cutanés posent donc celles de l’accès à la vie privée.

Les avis sont ainsi partagés entre culte de la technologie et respect des libertés individuelles. Le fait est que la RFID lance un défi de taille au présent car elle risque de bouleverser considérablement l’avenir de l’Homme. Celui-ci, aujourd’hui culturellement ouvert au progrès, n’en oublie pas moins la formule rendue célèbre dans 1984 : « Big Brother is watching you ».

————-

Auteurs : Thomas Barrière, Edouard Mahier et Benjamin Veillat

————-

Dossier spécial technologie RFID / NFC et marketing

Pratiques et utilisations de la RFID / NFC

Les dangers et limites de la RFID

Lire le sommaire détaillé de notre dossier sur la RFID.




Commentez !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *