RFID et téléphone mobile : interview de Pierre Noizat (AFSCM)

L’AFSCM (Association Française pour le « Sans Contact » Mobile) est une association à but non lucratif fondée début 2008 par Bouygues Telecom, Orange et SFR. Elle réunit aujourd’hui les principaux acteurs du sans contact mobile en France. Elle œuvre au développement technique des services sans contact mobiles et assure la promotion des avantages du NFC mobile auprès des entreprises qui peuvent fournir ces nouveaux services mobiles à leurs clients.

Le point sur la techno RFID et les services avec Pierre NOIZAT, Délégué général de l’AFSCM.

Qu’est-ce que le NFC, notamment par rapport à la RFID, et quels sont ses apports ?

Le NFC – Near Field Communication – est une technologie éprouvée, dérivée de la RFID. Elle permet de collecter et d’échanger des données à une distance de quelques centimètres, par fréquences radio. C’est la technologie qui équipe le pass Navigo par exemple. Intégrée aux téléphones mobiles, le NFC mobile ouvre la voie au développement des services sans contact mobiles.

Le changement apporté par le NFC mobile consiste d’abord en une ergonomie améliorée : comme sur internet, le nombre limité de « clics » pour accéder à une information ou déclencher une action est essentiel en mobilité. Le NFC assure l’accès à tout type de contenus en un seul «clic ».

Lorsque la technologie NFC sera largement mise en place, quels types d’opérations promotionnelles les marques pourraient-elles mettre en place, notamment en point de vente ?

Les possibilités sont innombrables. Les marques vont pouvoir équiper d’étiquettes NFC leurs produits, leurs supports physiques de communication – affiches promotionnelles par exemple – ou leurs points de vente afin d’établir un dialogue interactif avec les clients. Le consommateur approche volontairement son téléphone mobile NFC de l’endroit où l’étiquette a été insérée. La connexion s’établit automatiquement et l’action programmée enclenchée : appel vers un numéro vert, connexion mobile vers le site internet de l’annonceur pour procéder à l’achat, accéder à des informations complémentaires (conseils d’utilisation, jeux-concours…), etc. Les marques vont pouvoir dématérialiser leurs programmes/cartes de fidélité pour qu’ils soient insérés directement dans les téléphones mobiles NFC : cartes, historique des points fidélité, cadeaux et bons de réduction seront ainsi toujours à portée de mobile.

Vus par les annonceurs, quels sont les freins à la mise en place de la techno NFC ?

Pierre NOIZAT, Délégué général de l'AFSCM

Pierre NOIZAT, Délégué général de l'AFSCM

Depuis que le NFC est normalisé pour les téléphones mobiles et les cartes SIM, notamment grâce aux spécifications AFSCM, il n’y a plus de freins techniques. Il peut toutefois subsister des freins liés aux impacts de l’innovation, quelle qu’elle soit, sur les organisations. Cela peut concerner à la fois les domaines du marketing et des systèmes d’information. Par exemple, l’émission de cartes de fidélité ou de coupons de réduction pour les marques va évoluer avec le NFC grâce à leur dématérialisation. De même, les distributeurs et marques devront adapter leur système d’information afin d’harmoniser le parcours client lors de son passage en caisse, dès lors que ces derniers voudront payer ou faire valoir leurs avantages fidélité avec leur téléphone NFC. C’est d’ailleurs tout le sens du groupe de travail « Ergosum » qui réunit les acteurs de la grande distribution et du sans contact mobile.

Et côté distributeurs ?

Les distributeurs vont bénéficier d’un parc grandissant de téléphones NFC capables de lire des tags NFC porteurs d’informations ou de coupons de réduction. Ils vont devoir s’équiper afin de pouvoir lire les données transmises par ces téléphones. Ils vont également intégrer ce nouveau support interactif pour imaginer de nouvelles opérations d’animation et de promotion des ventes.

Le NFC mobile permet-elle un interfaçage avec un outil CRM pour être efficace ?

Oui, comme c’est déjà le cas des sites ou applications mobiles par exemple. Des développements complémentaires peuvent être ponctuellement nécessaires. Lorsque le téléphone est utilisé en mode émulation de cartes en particulier, cela suppose de développer les services qui seront insérés dans le téléphone mobile par la marque ou le distributeur.

Et un « rebond » web ?

Le rebond à partir d’un téléphone mobile NFC vers Internet ou l’Internet mobile est non seulement possible mais extrêmement simple et intuitif pour le consommateur, via une cible NFC (par exemple sur une affiche ou un abribus) comme l’ont démontré les nombreuses expérimentations réussies autour du NFC mobile conduites en France.
Développement du marché

Quand pensez-vous que le parc de mobiles RFID sera suffisamment important pour que les usages décollent ? Le NFC « tuera »-t-il alors le tag 2D ?

L’offre NFC des opérateurs sera disponible à Nice au printemps : tout indique que le NFC mobile répond à une attente des clients. Il est prématuré de donner des chiffres mais, s’agissant d’un marché de plus de 50 millions de clients mobiles en France, le lancement est forcément progressif.

A terme, s’il est toujours difficile de prédire l’avenir et les usages, je pense que les tags 2D cohabiteront avec le NFC : les codes 2D peuvent être lus par tous les téléphones équipés d’une caméra mais le téléphone NFC, qui va se généraliser, a vocation a proposer aux utilisateurs une expérience plus ergonomique et plus complète, combinant la lecture de cibles NFC et des applications d’émulation de cartes .

Notre interviewé : Pierre NOIZAT, Délégué général de l’AFSCM.

Dossier spécial technologie RFID / NFC et marketing

Pratiques et utilisations de la RFID / NFC

Les dangers et limites de la RFID

Lire le sommaire détaillé de notre dossier sur la RFID.

avatar
Planneur stratégique. Profil de Serge-Henri Saint-Michel et articles publiés.


Commentez !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *