Comment la RFID va révolutionner le marché du vin

La RFID a la capacité de bouleverser toutes les composantes du marché du vin. Consommateurs, vignerons, revendeurs, distributeurs, tous les acteurs vont vivre ce changement.

La RFID, c’est cette puce miniature qui va bientôt en savoir davantage sur nous que nos psys ou nos parents. Comment ? En stockant une énorme quantité d’informations sur nos modes de vie, de consommation ou encore sur nos déplacements. Ce petit système, qui représente aujourd’hui un marché estimé à plus de 8 milliards de dollars, est en passe de mettre son grain de sel dans de nombreux secteurs d’activité. Certains marchés pourraient même être complètement bouleversés, voire réinventés.

Un objet miniature pour révolution grandeur nature, voilà ce qu’est la RFID (pour Radio Frequency Identification). D’elle, on parle comme de l’internet des objets. Car elle promet une révolution comparable. C’est l’intelligence virtuelle, apportée aux hommes il y a plusieurs années par le web, mais appliquée cette fois aux objets. A la vieille question « objets inanimés avez-vous donc une âme ? », la réponse risque bien, dans un futur proche, d’être « oui », grâce à ce système de capteurs capables d’émettre, de recevoir et de stocker une multitude d’informations.

Des puces dans son vin

Le vin est un marché colossal qui dépend d’une montagne d’informations en tous genres. Du cépage au millésime, de la région au procédé de fermentation, du nom de domaine à celui du caviste, ce sont autant d’informations qui doivent être prises en compte lors de l’achat d’un bon vin. Pour cette raison, un processus de stockage et de croisement de données comme la RFID représente donc un véritable atout pour un marché comme celui-ci.

On peut même parler ici de révolution, dans la mesure où la RFID a la capacité de bouleverser toutes les composantes de ce marché. Consommateurs, vignerons, revendeurs, distributeurs, tous les acteurs vont vivre ce changement.

Aider le consommateur dans ses choix

Qu’est-ce qui justifie le prix d’un vin ? Son année ? Sa région ? Son procédé de fabrication ? Au Japon, une boutique de vin a pris les devants en intégrant dans son magasin un assistant d’achat RFID, fournissant toutes les informations complémentaires concernant un vin. Il suffit de passer une bouteille étiquetée (la puce est apposée sur les bouteilles ou incorporée dans les bouchons) à proximité du lecteur RFID et les informations s’affichent. Le consommateur peut ainsi choisir en toute lucidité.

Mais la RFID ne saurait se limiter à aider les potentiels acheteurs. Elle peut aussi être utilisée pour gérer les stocks de vins et ainsi permettre aux commerçants d’accorder davantage de temps à leurs clients qu’à leurs bouteilles. Et ce n’est pas tout. La RFID peut aussi, par exemple, être associée à des capteurs de température afin de gérer les conditions dans lesquelles le vin doit vieillir pour être le meilleur.

RFID et story telling

Dans un contexte de dialogue entre le consommateur et les entreprises, on ne doit plus parler d’image de marque mais d’histoire de marque. Une entreprise doit devenir une industrie productive d’émotions. Nous sommes entrés dans l’âge du récit, où le plus grand défi qu’affrontent les entreprises est la manière de communiquer sur leur histoire. On ne communique plus seulement pour convaincre le consommateur d’acheter un produit, mais pour le plonger dans un univers narratif, pour l’engager dans une histoire crédible. Il ne s’agit plus de séduire ou de convaincre mais de produire un effet de croyance. Dans cette optique, l’univers du vin possède un héritage culturel suffisamment fort pour capitaliser dessus, mais les supports pour raconter ces histoires sont quasi-inexistants aujourd’hui. La RFID constitue là encore un remède à la pauvreté narrative de ce secteur, grâce à sa capacité de stockage qui semble quasi illimitée, accompagnée de la possibilité de restitution de ce contenu de manière ludique, avec de la vidéo, etc.

Pour le marché du vin, la RFID se présente donc sous son jour le plus séduisant. Mais une question reste toutefois en suspend. Ce secteur traditionnel, voire conservateur, avec des produits dont la valeur s’inscrit avec l’âge, sera-t-il capable de prendre le virage de la modernité ?

Auteur : Adrien Moret

Dossier spécial technologie RFID / NFC et marketing

Pratiques et utilisations de la RFID / NFC

Les dangers et limites de la RFID

Lire le sommaire détaillé de notre dossier sur la RFID.

Lire notre article : Pourquoi investir dans un groupement foncier viticole (GFV) ?



1 commentaire

  1. carrelli

    24 avril 2012 at 16:01

    Tres bien tout cela, mais qd je regarde sur l etiquette j ai deja la plupart de ses infos en direct et si je veux en savoir plus je demande au caviste qui se fait un plaisir de me donner toutes ses infos en me faisant memefaire une degustation sur cetain sepage… Alors votre RFID elle apporte quoi de plus???? Rien du tout…encore de l enfumage pour mieux controler le consomateur…. Pas pret de m y voir …

Commentez !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>