La veille 2.0 : bien au-delà de l’e-Réputation ?

Le terme "e-Réputation" est bien trop restrictif. Il ne s’agit plus uniquement de (sur)veiller son image de marque, mais bien d’exploiter tout le potentiel d’informations disponibles sur les médias sociaux.

Aujourd’hui, le terme « e-Réputation » est bien trop restrictif. Il ne s’agit plus uniquement de (sur)veiller son image de marque, mais bien d’exploiter tout le potentiel d’informations disponibles sur les médias sociaux.

Le terme "e-Réputation" est bien trop restrictif. Il ne s’agit plus uniquement de (sur)veiller son image de marque, mais bien d’exploiter tout le potentiel d’informations disponibles sur les médias sociaux.

Le terme "e-Réputation" est bien trop restrictif !

Les grandes marques l’ont bien compris ! La veille en ligne constitue un atout concurrentiel considérable. Menée de façon transversale, elle s’avère très vite indispensable. Pleinement mature, elle intervient en amont des études plus classiques. Elle permet de faire émerger des « inputs » extrêmement riches et parfois même, totalement ignorés au préalable.

De la réputation à la veille

Mais encore faut-il opter pour une approche adaptée à ses besoins… À contre-courant des clichés, la veille en ligne ne se matérialise pas par de simples graphiques et données chiffrées, mais bien par une étude approfondie d’un contexte, d’une communauté et de la sémantique qui en résulte. Selon le contexte, la typologie et la méthode employées diffèrent.

La veille 2.0 peut être ainsi utilisée pour :

  • Un lancement de produit ou pour optimiser son positionnement
  • Analyser une campagne et son impact
  • Maîtriser son marché et détecter des opportunités
  • Analyser la présence de la marque et de son offre
  • Anticiper ou comprendre une crise
Anne-Cécile Guillemot, Co-fondatrice et directrice du pôle "Études" de Dynvibe

Anne-Cécile Guillemot, Co-fondatrice et directrice du pôle "Études" de Dynvibe

Dans tous les cas, les données extraites de la sphère digitale procurent aux entreprises une quantité d’informations hautement stratégiques, tant utiles au Community Manager qu’à l’ensemble des services de l’entreprises (équipes commerciales, service client, équipes produits, etc). D’ailleurs, la veille des média sociaux doit être à présent intégrée dans une démarche globale, impliquant une mutation profonde des process et pratiques de l’entreprise. Entre écouter ce que se dit d’une marque et placer le consommateur au centre des préoccupations de l’entreprise, il y a une différence de taille !

En effet, l’engagement d’une marque s’avère aussi vitale que celui de ses fans, voire bien plus ! Ce n’est pas tout de veiller à la participation et aux (ré)actions de ses fans. Une marque doit être proactive. Elle doit montrer, via ses réponses et ses actes, qu’elle s’intéresse à sa communauté et qu’elle a la volonté de la placer au centre de sa démarche. Plus que jamais, les réseaux sociaux, et particulièrement Facebook, doivent être considérés comme un outil de CRM « nouvelle génération » !

Il est donc essentiel de s’appuyer sur les meilleurs experts, afin de tirer profit de toute la substance stratégique issue des médias sociaux.

Auteur : Anne-Cécile Guillemot, Co-fondatrice et directrice du pôle « Études » de Dynvibe

———-

Dossier veille et e-réputation, de Marketing Professionnel

Veille et e-réputation en concepts en 2012

Outils, applications de veille et d’e-réputation en 2012

Lire le dossier e-réputation (2009)

avatar
L'invité de Marketing Professionnel tient une Tribune Libre. Profil des invités et Tribunes Libres publiées.


1 commentaire

  1. avatar

    Alice

    28 septembre 2012 at 16:20

    Bonjour,

    Et quels outils recommanderiez-vous aux entreprises qui souhaiteraient effectuer une veille exhaustive et surveiller sa « E-reputation »en temps réel et réagir proactivement ? Qu’entendez-vous par « s’appuyer sur les meilleurs experts » ?

    Merci,
    Alice

Commentez !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>