Benjamin Le Clercq

Qualités : réflexion, cocréation, open-minded.

Tags : stratégie, branding, positionnement, territoire, innovation, sémiologie.

Benjamin Le Clercq, directeur du planning stratégique de l'agence Fove

Benjamin Le Clercq, directeur du planning stratégique de l’agence Fove

Fort d’une expertise conseil en agence depuis 10 ans Benjamin Le Clercq est partisan d’un planning stratégique efficace et pertinent qui peut se résumer en 3 points clés : observer, analyser & restituer.

Après quelques années passées au planning stratégique de RAPP (groupe DDB), Benjamin LE CLERCQ crée le HUB STRATEGIQUE de l’agence indépendante UNITEAM. Après 5 ans passées à la tête du pôle Planning Stratégique, l’aventure se poursuit chez FOVE où il contribue à la définition de ce nouveau modèle d’agence.

Il coordonne et enrichit la réflexion entre le pôle Création et le pôle Conseil. Il traite principalement de l’évolution de la relation client au service des stratégies des marques.

Benjamin travaille principalement sur les budgets Retail, Energie & Automobile de l’agence.

Pluri-disciplinaire : réflexion stratégique omnicanale, tuteur de mémoire & intervenant dans différentes écoles de publicité / communication (Sciences Po, Sup de Pub, ESP).

benjile AT msn.com

Lire les articles publiés par Benjamin Le Clercq

Agence Fove

Fove, manifesto de l’agence

FOVE est une agence de créativité relationnelle au service de la performance business des marques.

Nous sommes une meute indépendante, libre et audacieuse, composée de changemakers convaincus que la Relation Client d’aujourd’hui et de demain reste à construire.

FOVE n’est pas qu’une agence, c’est avant tout une nouvelle façon de voir et d’imaginer la Relation Client.

FOVE propose aux annonceurs un accompagnement durable articulé autour d’une offre de services multiple à la carte, associée à une rémunération aux honoraires ou à la performance.

FOVE est un nouveau format d’agence indépendante qui combine offre sur mesure et solutions packagées.

Notre vocation est de rendre les choses possibles en portant un nouveau regard sur les stratégies relationnelles des marques.

Field Of Vison Evolution est une meute de 70 personnes située à Boulogne-Billancourt, près de Paris.

FOVE (Ex : Ebb & Flow) a été nommée Agence de Marketing Relationnel de l’année en 2014 et 2015 au Grand Prix des Agences de l’Année.

Dans un environnement en profond changement, FOVE ambitionne d’accompagner les annonceurs dans l’ère du Real Time Marketing et leur nécessaire transformation.

Nos références clients : Volkswagen, Total, BHV Marais, Michelin, Pierre Fabre, Galeries Lafayette, Nespresso, Moët Hennessy, Harley Davidson, Banque Casino, Isilines, Europcar…

Agence FOVE

5 commentaires

5 Comments

  1. Avatar

    caye

    22 janvier 2009 à 1:06

    Bonjour, merci pour ce bilan. Je souhaitais ajouter un point que l’on a tendance à délaisser: la culture paiement et la synergie d’industries distinctes.
    Experte en paiement et carte à puce, je suis partie au Canada il y a 3 ans. Je suis en veille permanente dans cette industrie qui me fascine et qui est peu connue. Je suis régulièrement en France pour offrir des formations monétiques sur les aspects business des cartes et activités commerçantes.
    J’ai aujourd’hui une bonne vision de la monétique en France, en Europe et en Amérique du Nord. Les études ou articles que j’ai pu lire en France sur le marketing des cartes m’ont déçues comparées à celles d’ici. On pense pouvoir appliquer une formule en France parce qu’elle fonctionne en Amérique, c’est du tout fait. Mais est-ce cela le marketing moderne? Surtout dans le paiement, il faut une base monétique pour en maitriser les rouages: en effet, dans notre contexte de co-branding, on associe avant tout un produit de paiement (la carte) et un programme de fidélité (récompenses, réductions, etc.). Je ne doute pas que les marketeurs soient forts sur la seconde option mais sur la première…Connait-on la perception de la carte selon certaines CSP? Comment ils l’utilisent? quels sont leur hobbies? etc.

    Un autre bilan à dresser est celui du côté des ventes et de la satisfaction des utilisateurs en France: un consultant d’une société française révèlait que le bilan était en dessous des attentes, que les français étaient un peu frileux. Vous avez bien fait de souligner les caractéristiques que les produits cartes co-brandés doivent rencontrer en France.
    En fait on aurait pu l’anticiper un peu si on avait pris le temps d’étudier la culture des français en matière de paiement, leur niveau de connaissance des produits carte débit, crédit et prépayé sans oublier la maturité du système de paiement français.
    Le saviez-vous?
    – les américains sont très portés sur les cadeaux, les rabais en tout genre (je vous invite à regarder le cas Sephora qui a ses débuts n’offrait pas de rabais et donc n’arrivaient pas à dégager des parts de marchés);
    – aux USA, un grand nombre de personnes n’ont pas de compte bancaire « débit » mais utilisent au quotidien des cartes de crédit?
    – être à découvert sur son compte débit en amérique est presque considéré comme un crime (et hors de prix) alors que ne pas payer son compte carte de crédit est normal?
    – là bas, le niveau d’acceptation des cartes et le niveau d’interbancarité (services partagés entre plusieurs banques) est bien moins élevés qu’en France. Certains commerces n’acceptent que les cartes d’une marque (d’où la bataille féroce des Schémas de carte de paiement pour attirer les grands commerçants), les banques n’offrent pas systématiquement des services de virements ou de prélèvements alors que vous pouvez le faire avec votre carte de crédit.
    et je pourrais continuer ainsi longtemps.
    Bref, j’espère que tout cela démontre que nous devons tenir compte d’autres facteurs, bien moins perceptibles mais d’une grande importance. Le monde du paiement est relativement « fun » et j’espère que des marketeurs seront tentés de se spécialiser dans cette voie ou tout est possible. Merci.

  2. Avatar

    Benjamin Le Clercq

    22 janvier 2009 à 12:59

    Merci beaucoup pour ces éclairages et ce retour d’expérience concret.
    En effet, la relation à la carte (toutes confondues) est primoridale dans la compréhension du comportement client: tous le monde n’agît pas de la même façon et les pays diffèrent entre eux. La méthode miracle n’existe dans aucun domaine et je suis sûr que les marketeurs ne sont pas (plus) dupes quant à ce mythe.

  3. Avatar

    MB

    17 février 2009 à 19:13

    Bonjour Caye,
    Je suis à la recherche d’informations sur le volet monétique des cartes de fidélités.
    Si vous avez ce message, n’hésitez pas à me contacter marcbaillet@yahoo.fr

  4. Avatar

    yaya

    7 mai 2009 à 20:05

    quel est la procedure a suivre pour benefier vos conseil permanent et une orientation strateque et durable.

  5. Avatar

    Benjamin Le Clercq

    11 mai 2009 à 10:37

    Bonjour yaya,
    Il suffit de me contacter directement via l’adresse indiquée sur mon profil de rédacteur.

Commenter

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vers le haut