Breves

La représentation de la santé mentale dans les visuels de pub

Comment communiquer visuellement sur les problèmes de santé mentale sans stéréotyper ou affecter les personnes qui en souffrent ? Création & visuels

Comment communiquer visuellement sur les problèmes de santé mentale sans stéréotyper ou affecter les personnes qui en souffrent ?

La pandémie fait des ravages sur la santé mentale des personnes. En effet, un individu sur cinq dans le monde déclare que sa plus grande source d’inquiétude est son sentiment continu de malaise et d’anxiété ainsi que sa santé mentale. D’après une étude iStock réalisée à l’occasion de la Journée mondiale de la santé mentale, 94 % des personnes interrogées estiment qu’il est tout aussi important de prendre soin de soi sur le plan émotionnel que sur le plan physique, et 92 % d’entre elles souhaitent que les personnes souffrant de problèmes de santé mentale bénéficient de plus de soutien.

Avec un parent sur quatre qui se dit préoccupé par sa santé mentale ainsi que celle de ses enfants, il devient nécessaire d’engager un dialogue ouvert et honnête sur les troubles de santé mentale et leurs manifestations. Malheureusement, les visuels communément utilisés ont souvent du mal à refléter l’expérience des personnes concernées et peuvent parfois s’avérer réducteurs voire frustrants.

Quels visuels pour la santé mentale ?

Comment communiquer efficacement sur les problèmes de santé mentale sans stéréotyper ou affecter les personnes qui en souffrent ? Un changement de paradigme est nécessaire. iStock propose 7 pistes pour y parvenir ; des visuels plus inclusifs, sans stéréotypes ou aux métaphores moins orientées seront alors sources de nouvelles illustrations et de créations…

Adoptez un livre

S’éloigner des clichés et des stéréotypes

Dans la mesure du possible, privilégiez les images authentiques, « réelles », par opposition aux images de mise en scène.

Les images de personnes se tenant la tête, assises dans des coins sombres ou regardant la pluie sont des représentations courantes des problèmes de santé mentale. Celles-ci ne capturent pas les différentes expériences des personnes affectées ni à quoi leur vie ressemble au quotidien.

Privilégier l’inclusion

Ce sont souvent des femmes blanches valides qui sont représentées dans les images de santé mentale. Le recours excessif à un seul groupe démographique exclut la diversité et les autres communautés confrontés à des problèmes de santé mentale. Cela peut renforcer la stigmatisation existante au sein des communautés sous-représentées et les décourager de rechercher le soutien approprié. Limiter ce sujet aux femmes risque également de renforcer les stéréotypes négatifs (l’émotivité et la vulnérabilité attribuées aux femmes ; la colère et la violence attribuées aux hommes) et les normes sociétales malsaines autour du genre (la beauté et la docilité pour les femmes ; la vulnérabilité découragée chez les hommes).

La santé mentale touche tout le monde et l’imagerie doit le refléter, en soulignant son importance au-delà de l’identité de genre, de la race, de l’origine ethnique, de l’âge, des capacités etc., pour que les hommes et les personnes issues de minorités ethniques soient également inclus. L’année dernière, iStock a enregistré une augmentation de 187 % des recherches de visuels pour les mots « diversité » et « inclusion », ce qui indique un besoin évident d’une représentation plus inclusive.

Mettre en valeur la communauté

Les représentations courantes de la santé mentale montrent souvent des personnes isolées, qu’elles soient assises seules, à l’écart de la foule ou créant une distance avec leurs proches. Pour déstigmatiser la santé mentale et promouvoir des pratiques saines, optez pour des images qui montrent des personnes dans un cadre communautaire ou bénéficiant d’un soutien. Il peut s’agir d’une personne qui participe à un groupe, qui parle à un thérapeute ou qui passe du temps avec sa famille et ses amis.

Prendre soin de soi

Une bonne santé mentale est à la fois proactive et réactive. Pour démontrer l’importance de prendre soin de soi, incorporez des images montrant des personnes qui se reposent ou qui participent à des activités de bien-être comme le jogging, un bain moussant rafraîchissant, un journal intime, etc.

S’éloigner des illustrations de cerveaux et de têtes désincarnées

Les représentations de la cause des problèmes de santé mentale peuvent influencer de manière positive ou négative les perceptions. Elles peuvent également influencer la décision de demander de l’aide. Ce type d’illustrations peut également donner une impression de détachement et d’impersonnalité. Pour mieux saisir les différents aspects de la santé mentale, il est préférable de représenter les environnements dans lesquels nous travaillons, les communautés dans lesquelles nous vivons et la manière dont nous prenons soin de nous, plutôt que des parties isolées du corps.

Éviter de trop recourir au sport pour illustrer le bien-être

Pour représenter le bien-être, ce sont les images de femmes heureuses pratiquant le yoga qui sont souvent prédominantes. Le fait de s’appuyer sur des images de yoga pour refléter une « bonne » santé mentale simplifie, voire banalise le soutien nécessaire et néglige d’autre facteurs importants. De même, une telle représentation idéaliste de la santé mentale accroît la stigmatisation en écartant des problèmes graves tels que la « positivité toxique ». Il est préférable d’utiliser des images illustrant la « santé authentique », c’est-à-dire une réalité qui encourage, responsabilise et renforce les comportements de santé, sans idéalisation ni glorification.

Éviter les stéréotypes incorrects selon lesquels la santé mentale est liée à la violence, à l’instabilité et à la criminalité

Éliminez toute image représentant ou impliquant le suicide, l’automutilation ou toute autre représentation négative, violente ou explicite de la santé mentale. Cela est essentiel car les images traumatisantes peuvent traumatiser de nouveau les individus et déclencher d’autres problèmes. Pour les cas graves et les conversations sur la santé mentale, soyez attentif quant à l’utilisation de l’imagerie, la raison de son utilisation et ce qu’elle communique.

A lire aussi sur Marketing Professionnel : Visuels et publicité : comment représenter les communautés LGBTQ+ ?

Aller plus loin

Santé mentale et COVID-19, sur Santé Publique France

(c) Ill. iStock

  • portrait-of-a-student-in-the-classroom
  • close-up-portrait-of-a-beautiful-young-woman-looking-off-camera-in-the-outdoors
  • women-come-out-of-the-water-after-open-water-swimming
Cliquez pour commenter

Commenter

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Marketing PME aide les PME PMI et TPE à développer leur business en 2021 Sélectionnez votre agence avec Sortlist
Vers le haut
// Infinite Scroll $('.infinite-content').infinitescroll({ navSelector: ".nav-links", nextSelector: ".nav-links a:first", itemSelector: ".infinite-post", loading: { msgText: "D'autres articles sont en chargement...", finishedMsg: "Désolé, il n'y a pas d'autre article" }, errorCallback: function(){ $(".inf-more-but").css("display", "none") } }); $(window).unbind('.infscr'); $(".inf-more-but").click(function(){ $('.infinite-content').infinitescroll('retrieve'); return false; }); $(window).load(function(){ if ($('.nav-links a').length) { $('.inf-more-but').css('display','inline-block'); } else { $('.inf-more-but').css('display','none'); } }); $(window).load(function() { // The slider being synced must be initialized first $('.post-gallery-bot').flexslider({ animation: "slide", controlNav: false, animationLoop: true, slideshow: false, itemWidth: 80, itemMargin: 10, asNavFor: '.post-gallery-top' }); $('.post-gallery-top').flexslider({ animation: "fade", controlNav: false, animationLoop: true, slideshow: false, prevText: "<", nextText: ">", sync: ".post-gallery-bot" }); }); });