SFR Numericable devient une entreprise libérée

Après de nombreuses années passées à enchainer rachats et service client miteux, SFR Numericable devient une entreprise libérée et humaine

Libérer SFR Numericable ? Fantasme ? Rêve ?

Cet objectif, annoncé par Drahi à L’Aquarium ce matin, parait absurde compte tenu de l’état de l’entreprise. Absurde ne veut pas dire qu’un changement de paradigme est impossible. Mais il sera difficile, sur plusieurs plans, non exhaustifs et volontairement abordés de manière anguleuse et irritante…

Libérer ce FAI-opérateur suppose de l’affranchir du poids de ses actionnaires (plutôt au singulier d’ailleurs), d’alléger l’organisation en revendant un râteau dont la vocation actuelle n’est pas de faciliter l’irrigation des énergies mais la contrainte des salariés, perçus non comme une mine de richesse, mais comme un paquet de saindoux facteur d’embonpoint.

Justement, libérer une organisation nécessite de mobiliser les énergies avec des projets positifs, engageants. Ce que ne font pas et ne sont pas les réorganisations, rachats (de) périodiques, restructurations, reengineering, levée de fonds sur les marchés étrangers, licenciements pour cause d’obésité salariale, plan de départs volontaires

Partager pour multiplier…

Libérer le salarié c’est l’écouter, lui donner la parole, le considérer, le traiter en partenaire c’est-à-dire en alter ego et non en minor ego lumpen prolétarisé ou cadre placardisé prenant la poussière. Le libérer revient à lui donner envie de rester car il est bien, car il est heureux de travailler pour lui et pas principalement à combler les 50 milliards de dettes du groupe, et parce qu’il comprend les objectifs de son travail, sa finalité sans langue de bois.

Alors, le salarié SFR Numericable pourra se reconnecter avec le client, sourire au téléphone, proposer de belles offres, réellement apporteuses de valeurs. Oui, avec un S, pour couvrir à la fois une ARPU en hausse et une considération client croissante. Vertueux. Une ambition, un rêve qui va devenir réalité.

Pour opérer la libération de l’entreprise, SFR Numericable devra désarmer le porte-avions monolithique et le transformer en flottille de vedettes, plus mobiles, plus rapides et interdépendantes. En réseau en somme. Sous peine de couler ou d’être transformé en râteau / radeau… de la Méduse.

***

Notes avant tout commentaire de la part de nos lecteurs (avisés, forcément !) : cet article a été publié un premier avril. Car oui, libérer SFR Numericable ne peut qu’être une plaisanterie. Sauf lorsqu’on est un des salariés de cette lessiveuse… bien loin du concept d’entreprise libérée, d’entreprise libre.

(c) ill. DepositPhotos



Commentez !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *