Outils marketing

Au temps du Coronavirus, la beauté des années 2020 accélère sa mue 

Etude de consommation et de marché à lire par les commerçants et à maîtriser par les planneurs stratégiques et les marketeurs

Le secteur des cosmétiques se caractérise par la fragilité des plus petites entreprises. Comment ce secteur pourra-t-il rebondir ?

Le secteur des cosmétiques a fortement souffert au premier semestre, avec une contraction des ventes d’environ 10 % selon les estimations d’Asterès, soit une baisse sensiblement similaire à la celle de la consommation moyenne des ménages. Considéré comme solide dans sa totalité, le secteur des cosmétiques se caractérise néanmoins par la fragilité des plus petites entreprises. Il est également marqué par l’émergence de nouvelles tendances comme celle du « No makeup » ainsi que l’accélération du e-commerce et de la beauté augmentée.

Résumé de l’étude

La situation du secteur des cosmétiques est très différente selon les catégories marchés : les produits d’hygiène ont connu un bond de leur chiffre d’affaires d’environ 50 %, alors que les produits de beauté se sont contractés de 25 %. Les ventes de cosmétiques se sont effondrées de 37% pendant le confinement d’après l’estimation du cabinet, soit légèrement plus que la consommation moyenne, estimée par l’Insee à -32 % au 7 mai. Les instituts et salons ainsi que la distribution sélective, particulièrement impactés par la fermeture pendant le confinement, verront leurs ventes annuelles se replier de respectivement 25 % et 23 %. Le choc économique est d’autant plus compliqué pour les TPE et PME qui représentent 85% du secteur.

Adoptez un livre

Le e-commerce connaît un bond de 38% par rapport à l’année dernière, et de 90% pendant le confinement.

Enfin, le confinement a eu un impact sur les routines beauté de chacun. : une enquête IFOP révèle que les femmes se maquillent 2 fois moins qu’en 2017. Le confinement a accéléré la tendance de se maquiller moins ou pas du tout car le confinement aurait permis à chacune de s’apprécier au naturel (car moins besoin de se maquiller au quotidien). 

Source : Asteres, Le secteur des cosmétiques face à la crise du Covid-19. Etude IFOP / maquillage.

Selma Khelifi, Matthis Lebreton, Léa Medeiros, Léa Miniaou, Danna Reano, Julia Speissegger,  Kelly Tittoto

Cliquez pour commenter

Commenter

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Marketing PME aide les PME PMI et TPE à développer leur business en 2021 Sélectionnez votre agence avec Sortlist
Vers le haut
// Infinite Scroll $('.infinite-content').infinitescroll({ navSelector: ".nav-links", nextSelector: ".nav-links a:first", itemSelector: ".infinite-post", loading: { msgText: "D'autres articles sont en chargement...", finishedMsg: "Désolé, il n'y a pas d'autre article" }, errorCallback: function(){ $(".inf-more-but").css("display", "none") } }); $(window).unbind('.infscr'); $(".inf-more-but").click(function(){ $('.infinite-content').infinitescroll('retrieve'); return false; }); $(window).load(function(){ if ($('.nav-links a').length) { $('.inf-more-but').css('display','inline-block'); } else { $('.inf-more-but').css('display','none'); } }); $(window).load(function() { // The slider being synced must be initialized first $('.post-gallery-bot').flexslider({ animation: "slide", controlNav: false, animationLoop: true, slideshow: false, itemWidth: 80, itemMargin: 10, asNavFor: '.post-gallery-top' }); $('.post-gallery-top').flexslider({ animation: "fade", controlNav: false, animationLoop: true, slideshow: false, prevText: "<", nextText: ">", sync: ".post-gallery-bot" }); }); });