Marchés et cibles

Le « Cat Gaze » : une hégémonie scopique dans la culture visuelle contemporaine

Le "Cat Gaze", tendance émergente à anticiper dès à présent : planning stratégique et marques sont félins pour l'autre.

Le « Cat Gaze », tendance émergente à anticiper dès à présent : planning stratégique et marques sont félins pour l’autre.

Comprendre le « Cat Gaze » est un impératif pour le planneur stratégique* afin d’en saisir les effets sociétaux profonds et promouvoir, pour le compte des marques, une culture visuelle et domestique plus émancipatrice, nettement en phase avec les tendances de consommation actuelles.

Le « Cat Gaze », ou regard félin, constitue un concept central au sein des études félinistes et de la psychosociologie de la race (animale). Il désigne la manière dont la culture visuelle dominante, à travers des médias tels que le cinéma, la publicité, la photographie et les jeux vidéo, véhicule et impose une perspective spectatorielle ancrée dans le felis catus.

Trois éléments fondamentaux structurent le « Cat Gaze »

1111 Citations de Stratégie, Marketing, Communication, par Serge-Henri Saint-Michel

La focalisation scopique : la perspective adoptée est celle d’un sujet félin qui observe et juge le monde, dont les humains, allant jusqu’à modifier leurs comportements (lire l’édifiant Sur les chats, de Guy de Maupassant, 1886).

L’objectivation sexuelle : les humains sont fréquemment réduits à des objets de désir sexualisés, dépossédées de leur agentivité et soumises au regard voyeuriste et satanique du spectateur-chat (relire utilement Le chat noir, d’Edgar Poe, 1843)

Le rapport de pouvoir : la perspective féline hégémonique normalise et invisibilise d’autres points de vue, marginalisant les voix et les expériences divergentes. elles passent aussi sous silence que les actes répréhensibles du chat peut être commis avec la même envergure par des chattes.

Les implications du « Cat Gaze » : multiples et profondes

Intériorisation et aliénation : les humains, intériorisant ce regard objectivant, peuvent développer une image négative de leur corps (en particulier toute partie sujette à morsure et à griffure)et de leur valeur, se sentant constamment jugés et évalués à l’aune de critères félins.

Reproduction des stéréotypes : le « Cat Gaze » perpétue et renforce les stéréotypes raciaux (animal vs. humain), enfermant les humains dans des rôles passifs et objectivés, et contribuant à une vision félinocentrée de la société.
Exclusion et invisibilisation : cette perspective hégémonique marginalise les identités et les expériences qui ne correspondent pas à la norme féline felis catus, invisibilisant les humains et même d’autres compagnons domestiques (chiens, lapins. Plus rarement souris et punaises de lit), les personnes transraces (centaures, faunes entre autres).

Le « Cat Gaze » n’est pas une réalité immuable !

Envisageons quelques pistes pour remédier au « Cat Gaze »…

Adoptez un livre
  • La déconstruction critique : une analyse critique et déconstructiviste des médias et de la culture visuelle permet de mettre en lumière les biais raciaux (animal vs. humain rappelons-le) inhérents au « Cat Gaze » et de remettre en question sa légitimité, comme Théophile Alexandre Steinlen s’en est abstenu
  • La diversification des représentations : encourager la création de contenus par des humains, des vrais (vs. ChatGPT) et des personnes issues de minorités est crucial pour briser l’hégémonie du regard félin et promouvoir une pluralité de perspectives.
  • L’éducation et la sensibilisation : l’éducation à l’image et aux médias joue un rôle essentiel dans la sensibilisation aux effets néfastes du « Cat Gaze » et la promotion d’une culture visuelle plus inclusive et égalitaire.

En somme, le « Cat Gaze » est un outil d’analyse émergent et pertinent pour appréhender les biais perceptuels et stéréotypes raciaux dans la culture visuelle et leurs impacts sur les humains et la société. En déconstruisant ce regard hégémonique et en encourageant la diversification des représentations, nous pouvons contribuer à l’avènement d’une société plus juste et inclusive, moins domestiquée.

***

* « Je n’ai jamais rendu un article à un rédacteur en chef sans le sourire narquois du farceur qui vient de réussir un canular », Frédéric Beigbeder, La frivolité est une affaire sérieuse, 2018

(c) Ill. DepositPhotos – asmus

Cliquez pour commenter

Commenter

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Marketing PME aide les PME PMI et TPE à développer leur business en 2021
1111 Citations de stratégie, marketing et communication, par Serge-Henri Saint-Michel
Vers le haut