Médias et publicité

Goblin Mode : une sous-culture émotionnelle émergente ?

Le Goblin Mode : un état émotionnel lié au désir d'appartenance, de réduction du sentiment d'anxiété, et de contrôle de sa vie

Le Goblin Mode : un état émotionnel lié au désir d’appartenance, de réduction du sentiment d’anxiété, et de contrôle de sa vie

Avez-vous entendu parler du Goblin Mode ? C’est le mot qui a été choisi par l’Oxford Dictionary pour représenter l’année 2022. C’est un néologisme désignant le rejet des attentes sociétales et l’acte de vivre de manière négligée, sans se soucier de l’image de soi.

Pensez paresse, junk food, manque d’hygiène et isolement. Devenu principalement viral sur TikTok même si, au vu des réactions de son élection comme mot de l’année, il reste majoritairement inconnu, le Goblin Mode survient après un rejet de tout un aspect de perfectionnisme et de self-care qui s’est répandu pendant la pandémie sur les réseaux : pression pour prendre soin de soi, faire du sport, manger clean, avoir une peau parfaite, une routine parfaite, boire 3L d’eau par jour, être toujours positif…

J'ai un job dans la com', par Serge-Henri Saint-Michel

La sous-culture du Goblin Mode reprend, quand il est poussé aux extrêmes, une tendance assez inquiétante qui était déjà survenue dans le Tumblr de 2013, avec une glamourisation de la dépression et de l’anxiété comme style de vie « edgy », qui avait pour cible principalement les jeunes filles, à base de citations perchées sur l’esthétisation de problèmes mentaux, de l’anorexie et du suicide, ou l’idolâtrie de personnage comme Effy Stonem de Skins (l’Euphoria d’avant).

Alors, notre nouvelle consommation des réseaux sociaux et de la pop-culture permet-elle de mieux assimiler notre santé mentale ?

On y trouve cette volonté de compartimenter chaque étape de sa vie et ses états émotionnels en “mode” ou “era”, mélangé à de la pop culture pour que tous puissent reconnaître où en est chacun dans sa vie : on va alors trouver le Goblin Mode donc, mais aussi la Sad Girl Era, la Revenge Girl Era, la Fleabag Era, la Clean Girl Era…

Cela permet non seulement de satisfaire un désir d’appartenance (car vous ne serez jamais le·la seul·e personne à traverser votre Sad Girl Era), mais aussi une manière de segmenter sa vie pour restreindre son sentiment d’anxiété, et de reprendre le contrôle de sa vie. Sa Villain Era, c’est envoyer paître les diktats physiques et sociaux. Se dire que sa phase de dissociation émotionnelle, c’est d’entrer dans sa phase Fleabag, c’en est presque rassurant : si c’est une phase, c’est qu’elle a une fin, et cela permet de prendre le personnage de Fleabag elle-même comme modèle, puisqu’elle-même s’en sort et évolue pour le mieux.

Adoptez un livre

Mais c’est aussi, comme le mentionne Broey Deschanel dans son dernier essai vidéo, un nouveau mode de consommation de la pop culture, qui touche principalement les femmes, puisqu’enfin, on a des œuvres créées par des femmes qui mettent en avant des personnages féminin complexes, avec des désirs, des défauts, et qui ne serve pas juste au personnage principal masculin d’avoir un bisous à la fin du film, puisqu’on donne enfin, comme le mentionnait Linda Nochlin (autrice de Pourquoi n’y-a-t-il pas eu de grandes artistes femmes ?, 1971), de la place aux artistes femmes, et donc à des œuvres qui font véritablement écho à nos vies. On va alors associer nos états mentaux à des personnages de fiction : Fleabag (Phoebe Waller-Bridge), Marianne de Normal People (Sally Rooney), Amy Dunne de Gone Girl (Gillian Flynn) ou Reva de Mon Année de Repos et de Relaxation (Otessa Moshfegh) qui permettent de mettre des mots, un visage, et une assimilation à nos états émotionnels.

Mais le Goblin Mode, comme toutes ses phases et eras sur les réseaux, permettent aussi, pour reprendre Dick Hebdige (auteur de Sous cultures : le sens du style, 1979) sur les sous-cultures, de redonner un sens au monde social et donc de se ré-approprier celui-ci quand il ne nous convient plus, et grâce aux communautés sur des réseaux tels que sur TikTok, c’est aussi de se retrouver un peu moins seul face aux aléas de la vie qui nous percutent.

Auteure : Morgane Buleon

(c) Ill. DepositPhotos

 

1111 Citations de Stratégie, Marketing, Communication, par Serge-Henri Saint-Michel
Cliquez pour commenter

Commenter

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Marketing PME aide les PME PMI et TPE à développer leur business en 2021
1111 Citations de stratégie, marketing et communication, par Serge-Henri Saint-Michel
Vers le haut