Paroles d'experts

Incohérence en communication, incohérence et incommunication

L'incohérence perçue révèle un déficit de communication. La réduire fait partie des objectifs de communication

L’incohérence perçue révèle un déficit de communication. La réduire fait partie des objectifs de communication.

L’incohérence perçue révèle un déficit de communication. La réduire fait partie des objectifs de communication.

La décision du Premier ministre Jean Castex de laisser fermer les petits commerces mais de bloquer l’accès aux rayons de produits non-essentiels des grandes surfaces, au seul profit d’acteurs du e-commerce est, selon Olivier Faure (PS), une décision incohérente (2 novembre 2020).

« Pas de masques pour la rentrée : le gouvernement signe une mesure incohérente et inégalitaire » (EELV, 27 août 2020).

L’homéopathie déremboursée par la Sécu en 2021 ; une décision « incohérente » pour le principal laboratoire d’homéopathie (10 juillet 2019).

La hausse de la CSG pour les retraités est « une décision incohérente, fondée sur des a priori et une méconnaissance de la contribution des aînés« , elle « ne peut que provoquer un sentiment d’injustice » (CFDT, 9 juin 2017)…

Autant de décisions perçues comme incohérentes. Mais pourquoi ? Quels sont les « critères » qui permettent d’évaluer qu’il y a incohérence ?

Comment juger d’une incohérence ?

Nous posons que l’incohérence est une perception issue de la friction entre plusieurs entrants : un objet, une décision par un émetteur, un référent (norme, valeur), le rapport temps / environnement, constituant une sorte d’algorithme :

  1. Un objet, au sens de Charles Sanders Peirce (ce qui existe et dont on parle) : une jupe, un salarié (oui, désolé, il est un objet comme les autres)
  2. Une décision : porter l’objet par une femme, licencier l’objet par un DRH
  3. Un référent global qui dépasse l’objet et renvoie à un aspect plus général, à des standards et à des normes : la longueur des jupes, les résultats des entreprises
  4. Le rapport temps / environnement, en ligne directe de « O tempora, O mores » de Cicéron : discriminations et violences faites aux femmes, environnement économique déprimé suite à la pandémie Covid-19
  5. Un monstre, un « méchant » à blâmer, un repoussoir à agiter : les hommes, les chefs d’entreprise.
Mouvement brownien : l'aléatoire est-il incohérent ?

Mouvement brownien : l’aléatoire est-il incohérent ?

Ainsi, exiger d’une femme qu’elle porte une jupe de longueur appropriée est une décision incohérente dans un contexte post #metoo et renvoie à une vision sexiste qui enferme la femme dans une posture d’objet sexuel, qui doit adapter sa tenue vestimentaire en fonction d’un environnement géré par les mâles.

Licencier une personne alors qu’elle a montré depuis des années sa performance et son professionnalisme, est une décision incohérente, surtout en période de crise, illustrant ainsi la perversité de certaines entreprises et la faillite du terme ressources « humaines ».

La cohérence s’exprime entre ces cinq points. Un seul vient à manquer, et l’ensemble du sujet dont on discute se voit qualifié d’incohérent : une décision identique alors que le contexte a changé peut passer pour incohérente ; une décision adaptée au contexte peut aussi passer pour incohérente… en fonction de la conception de celui qui la juge.

L’incohérence, jugement de valeur

L’incohérence est un jugement, une perception, une part d’insight. Une décision incohérente est un choix déraisonné à mes propres yeux car il ne respecte pas de logique, en particulier la mienne, ou celle que je m’imagine devoir être suivie en de telles circonstances (celles-ci étant a minima l’addition entre autres de l’environnement et de l’objet qui y est projeté). En clair, je reproche à autrui de ne pas penser comme moi, selon les mêmes inférences, la même logique, les mêmes valeurs.

Je ne comprends pas non plus cette décision car elle semble m’échapper : je n’ai pas les clés pour la comprendre. Alors je me réfugie dans le manque de logique que je pense être celui de mon interlocuteur. Cela pose la question de la curiosité et du travail sur soi. Et si une autre vision, une autre perspective était possible ?

Comment rendre cohérent ?

Puisque l’incohérence choque, crée une sorte de charge cognitive, d’inertie de la pensée, il semble logique de chercher à la réduire….

Le comportement, outil de cohérence

– « Je viens de virer des dizaines de salariés »

– « Pourtant, tu es un humaniste, non ? »

Mon comportement perçu comme incohérent peut s’expliquer (je ne dis pas « être justifié ») par la théorie de la dissonance cognitive, qui post-rationalise mes choix, les explique (certes de façon plus que bancale), souvent dans le cadre d’une étonnante mauvaise foi. Mais cela me permet de réduire mes tensions psychologiques.

« J’ai toujours procédé ainsi, ce n’est pas maintenant que je vais changer« . Ce comportement incohérent pour autrui peut cette fois s’expliquer par la théorie de l’escalade de l’engagement, illustrée par l’histoire du bûcheron et de l’Indien [2].

Enfin, quelles que soient mes actions, elles peuvent systématiquement être éclairées par un biais cognitif auquel nul n’est insensible, comme les illusions d’optique…

La communication, stratégie de mise en cohérence

Toute décision doit donc être expliquée, analysée (dans tous les acceptions du terme) et avoir du sens, entre autres pour éviter d’être perçue comme incohérente ; elle s’appuie alors sur des justifications et surtout sur une argumentation, jamais sur une démonstration car l’incohérence concerne des valeurs, des éléments toujours subjectivés de la part des récepteurs, pas sur des éléments « scientifiques » (qui, pour leur part, sont démontrables et n’ont pas besoin d’être argumentés).

Une décision incohérente, du côté du récepteur, peut être totalement cohérente pour l’émetteur, qui doit intégrer la logique de la réception de sa décision et du partage des normes et des valeurs. C’est cela, la communication (Dominique Wolton) ! L’incohérence est donc le résultat d’une incommunication ; communiquer est rendre cohérent, quitte à passer par des expressions-pont, comme « et en même temps » qui connote une incohérence, mais qui, selon ses utilisateurs, est un signe de la pensée complexe (Edgar Morin), une illustration de la post-modernité (Gilles Lipovetsky, même s’il n’est pas seul à pouvoir être ici mobilisé), menant à l’impression que la synthèse est possible, dépassant alors les oppositions (du « monde d’avant », évidemment).

A défaut d’information, et surtout de communication, la rumeur, le complot, la mobilisation des arrière-mondes prennent le relais et comblent le vide, surinfectant l’incohérence, et mènent à une déteinte de l’incohérence : l’incohérence ne concerne alors plus seulement une décision, mais une personne, dont il est dit qu’elle est incohérente…

L’incohérence, un avantage stratégique ?

L’incohérence externe (celle perçue par les parties prenantes, apparente, donc) peut pourtant être stratégiquement précieuse car elle est sans rapport avec ce qui a été, avec ce qui est, avec la doxa et l’attendu. Elle surprend, disrupte et devient création, innovation.

Les impressionnistes, les triangles de Paul Sérusier, les calligrammes d’Apollinaire, de Chirico et ses montages visuels, l’art abstrait, le bug art, les propos de Devos… : incohérents. Et pourtant si nouveaux, uniques et positionnants…

Enfin, en stratégie, l’incohérence apparente peut être une efficace stratégie de dissimulation de ses plans et actions : « personne ne peut comprendre la voie selon laquelle j’ai créé la victoire » (Sun Tzu, L’art de la guerre). La cohérence profonde des actions du stratège reste invisible aux yeux du profane qui ne voit que les apparences.

En stratégie, trop de cohérence peut tuer. Pourtant la communication s’attache à réduire la perception des incohérences… Ce qui est en soi incohérent. De plus, ce que je vois des actions d’un concurrent relève-t-il de son incohérence… ou de mon incompétence à discerner les plans qu’il trame ?

In fine, l’incohérence m’est intolérable car elle montre mes limites, celles de penser, de concevoir un autrement qui bien souvent m’échappe, entre autres du fait des biais cognitifs qui m’animent.

L’incohérence est mon ego-errance : se trouver consiste souvent non à se retrouver en autrui, mais à se perdre en lui de façon incohérente, comme en amour, en une écho-errance co-errante stimulante.

Aller plus loin

  1. Illustration Wikipedia, Mouvement brownien
  2. Histoire du bûcheron et de l’Indien : https://www.ladepeche.fr/article/2014/07/16/1919498-le-bucheron-et-l-indien.html
  3. https://www.lefigaro.fr/flash-eco/commerces-faure-ps-denonce-une-decision-incoherente-qui-sert-amazon-20201102
  4. https://www.eelv.fr/pas-de-masques-pour-la-rentree-le-gouvernement-signe-une-mesure-incoherente-et-inegalitaire/
  5. https://www.francetvinfo.fr/sante/medicament/homeopathie/l-homeopathie-deremboursee-par-la-secu-en-2021_3529433.html
  6. https://www.cfdt-retraités.fr/Lettre-ouverte-au-premier-ministre-sur-la-hausse-de-la-CSG-pour-les-retraites
Cliquez pour commenter

Commenter

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vers le haut