CRM et marketing direct

Collecte des données à des fins stratégiques : une prise de conscience nécessaire

Collecte des données à des fins stratégiques : plaidoyer pour une prise de conscience des dirigeants d'entreprises

Collecte des données à des fins stratégiques : plaidoyer pour une prise de conscience des dirigeants d’entreprises

L’étude Fivetran-Wakefield qui a été menée cet automne se révèle riche en enseignements. Outre les sommes importantes dépensées pour collecter des données au sein des entreprises, elle nous apprend que de nombreuses données sont obsolètes, sans que les dirigeants en aient connaissance. Nous en appelons ici à une prise de conscience.

Notre analyse de l’étude Fivetran-Wakefield qui a récemment été menée auprès de 300 entreprises européennes et américaines présentant un chiffre d’affaires d’au moins 100 millions de dollars n’en est qu’à ses débuts. Rompues à la stratégie ainsi qu’à l’utilisation des données au sein de leur organisation, ces structures ont fait état de plusieurs préoccupations notables. Au moment où les écosystèmes sont en pleines transitions, ces témoignages posent d’importantes questions et appellent à une prise de conscience chez les dirigeants concernés.

460 000 euros dépensés

Rappelons tout d’abord les principaux enseignements de cette étude. Elle nous apprend que les data engineers en charge de la constitution manuelle des pipelines de données passent en moyenne 44% de leur temps à construire des pipelines de données, destinés à alimenter les Data Warehouses et Data Lakes grâce à des intégrations depuis des bases de données, des applications, etc. Au total, les entreprises interrogées consentent des dépenses majeures, de l’ordre d’un demi-million de dollars (520 000 dollars, soit 460 000 d’euros) afin de faire vivre ces solutions manuelles d’intégration des données. Déjà important, ce coût a une résonance particulière lorsque l’on sait qu’il ne tient pas compte de la relative inefficacité de ces opérations manuelles : pour 80% des personnes interrogées, l’organisation doit reconstruire son architecture de pipelines après que le déploiement a eu lieu. Dans près de 4 entreprises sur 10, cela arrive « souvent, voire tout le temps ». Pour le dire autrement, non seulement nos entreprises dépensent d’importantes sommes en intégration de données, mais en plus celles-ci ne sont pas suffisamment robustes et le travail doit être refait dans près d’un cas sur deux…

Adoptez un livre

Mais il y a encore plus inquiétant : selon l’étude, les données collectées sont loin d’être fiables. Pour plus d’une entreprise sur trois (36%), il est établi que les bases de données dont elles disposent sont obsolètes ou sujettes à erreur. Les conséquences de ces différentes informations sont pour le moins inquiétantes, et appellent à plusieurs commentaires.

Des données erronées : des décisions stratégiques fausses ?

Juliette Guin, Experte en data integration, Fivetran

Le premier est simplement de nature gestionnaire : à quoi bon consentir des sommes aussi importantes à intégrer des données alors que le résultat n’est pas satisfaisant ? Il y a là une réflexion à mener sur l’efficacité des montants investis, mais aussi sur le déploiement des équipes. Des salariés qui sont occupés à faire et à refaire en permanence ne peuvent en effet pas être dédiés à d’autres tâches – notamment à celles qui consisteraient à analyser en profondeur les données, à en prendre la mesure et à la restituer au Board ou au Codir afin que les décisions entérinées soient les plus efficaces possibles.

Un autre commentaire concerne précisément cette question de la bonne gouvernance, et tout particulièrement de la stratégie la plus efficace. Car l’un des enseignements majeurs de l’étude est le suivant : les organisations dépensent des sommes considérables pour des résultats obsolètes. Comment piloter une organisation alors que le radar donne des indications fausses, surtout en des temps où les crises et les incertitudes se succèdent ?

Pour une prise de conscience des dirigeants d’entreprises

Une prise de conscience doit s’opérer sur l’ensemble des organisations qui font usage des données. Les dirigeants ont-ils tous à l’esprit qu’ils sont quotidiennement en train d’arrêter des options stratégiques sur des bases en grande partie fausses ? Certainement pas si l’on en croit l’étude qui vient d’être menée. Les deux tiers des personnes interrogées au moment de l’étude (66%) ont indiqué que leurs dirigeants n’avaient pas conscience qu’ils étaient en train de prendre des décisions sur la base de données soit anciennes, soit sujettes à de nombreuses erreurs.

Le temps est venu que cette prise de conscience s’opère, mais aussi que certaines solutions soient exposées. Car celles-ci existent, notamment sur l’automatisation de la collecte des données. Plus rapide, plus fiable, moins onéreuse : cette option méritera sans doute d’être explorée dans un avenir proche, en lien avec les progrès technologiques qui s’opèrent actuellement. En cette période d’incertitudes multiples, il est sans doute temps d’entreprendre des évolutions majeures, automatisées et fiables, en termes de gestion des données au sein des entreprises.

Auteure : Juliette Guin, Experte en data integration, Fivetran

(c) Ill. DepositPhotos

Cliquez pour commenter

Commenter

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Marketing PME aide les PME PMI et TPE à développer leur business en 2021
Vers le haut