E-marketing

Comment assurer la confidentialité des données en toute indépendance ?

Comment individus et gouvernements en Europe peuvent-ils contrer l’hégémonie des Big Tech en matière de confidentialité des données pour respecter les cadres réglementaires comme le RGPD

Comment individus et gouvernements peuvent-ils contrer l’hégémonie des Big Tech en matière de confidentialité des données ?

Durant l’épidémie a été atteint un point culminant dans l’utilisation des services proposés par les Big Tech. Mais malgré une augmentation du nombre d’utilisateurs et d’abonnés chez Google ou Facebook, le consommateur a su conserver son esprit critique et son discernement. Pour preuve, on estime que 41% des Européens ne veulent pas partager leurs données avec des entreprises privées [1] . De même, presque 70% des Américains dénoncent un mauvais usage de leurs données personnelles.

Les individus et les gouvernements sont désormais méfiants face à la façon dont les Big Tech utilisent les données personnelles, et ceci n’est pas sans conséquences. En 2018 a été instauré le Règlement général sur la protection des données (RGPD). Ces dernières années, des outils législatifs multiples ont vu le jour aux Etats-Unis. Les entreprises, les institutions et les individus recherchent des solutions respectant la vie privée des utilisateurs et en conformité avec la législation en vigueur, pour faire face à cette nouvelle idée selon laquelle le consommateur devient le produit quand ce dernier est gratuit. S’agit-il d’une direction nouvelle concernant les modes de consommations des solutions à grande échelle ? Les Big Tech doivent-il désormais rendre des comptes ?

Les individus et les gouvernements accordent davantage d’importance à la confidentialité

Si les Big Tech ont été attaqués de tous les côtés au sujet de la protection des données, 2020 a marqué un tournant, avec d’une part, un changement notable dans la politique de la Maison-Blanche envers ses propres entreprises technologiques. Une audition de la direction des GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon) en juillet 2020 a permis de signaler de nombreux abus dus aux Big Tech en raison de leur position de leader sur le marché, y compris dans le domaine de l’informatique. C’est pourquoi des acteurs majeurs, comme c’est le cas de Google, ont connu de nombreux procès et accusations de pratiques monopolistiques fin 2020.

Adoptez un livre

D’autre part, un soulèvement des citoyens face à ces géants s’est également opéré. Max Schrems, activiste autrichien et militant pour la protection des données privées, poursuit depuis des années les plus grandes entreprises américaines en les accusant de transferts illégaux de données des citoyens de l’UE vers les États-Unis. Il a d’ailleurs poursuivi ces entreprises à hauteur de 3,9 milliards d’euros à la suite de la mise en place du RGPD. Lors de la célèbre affaire Schrems II, la Cour de justice de l’Union européenne a suspendu la base juridique des transferts de données entre l’Europe et les États-Unis, appelée Privacy Shield. Selon la Cour, les citoyens de l’UE ne disposaient pas d’une sécurité suffisante aux données face au système juridique américain. Ce jugement montre les évolutions profondes concernant la manière de percevoir la valeur des données personnelles.

La rhétorique officielle de l’Union européenne a amplement repris les arguments et les peurs de Max Schrems qui s’est engagé pendant longtemps dans un combat inégal face aux Big Tech. Bruxelles prépare une complexification de la collecte, du traitement et du transfert des données des Européens pour les entreprises américaines. D’autres mesures encore plus radicales sont prévues comme en témoignent les propos des plus hauts responsables de l’UE. Par exemple, l’idée de mettre en place une infrastructure de base de données entièrement indépendante des fournisseurs américains.

Les règles concernant l’acquisition et le traitement des données ont été établies de façon plutôt précise par le RGPD et les règlementations similaires. Trois facteurs devraient amener les entreprises, surtout les Big Tech, à accorder davantage d’importance aux normes de confidentialité dans leurs activités l’appréhension de sanctions, la bonne volonté, et la législation. Grâce aux lois actuelles, les citoyens ont accès à de nombreux outils permettant une meilleure protection de leurs données. Mais cela suffira-t-il pour assurer la protection de leur vie privée ?

Rompre le monopole des Big Tech en proposant une alternative

Maciej Zawadziński, CEO de Piwik PRO

Il est finalement probable qu’à l’issue de ce duel, aucune des deux parties ne sorte entièrement vainqueur ni complètement perdante. Il est donc nécessaire que les Big Tech sacrifient une partie de leur périmètre d’activité pour apaiser l’opinion publique tout en atténuant l’image monopolistique qui leur est attribuée. Si, quelques années en arrière, cela semblait insensé, l’idée que Facebook puisse un jour se séparer d’Instagram ou de Whatsapp semble de plus en plus envisageable.

Le retrait de l’IDFA (Apple ID for Advertisers) par Apple et des cookies par Google montre que des concessions ont déjà été faites en Europe. Bruxelles voit d’ailleurs d’un bon œil ces évolutions. En revanche, des effets néfastes peuvent également découler de la tendance à la protection de la vie privée. Certains géants, à l’image de Google, enferment les internautes au sein de « Walled Garden » (« Jardins clos » en français), des écosystèmes publicitaires qui leurs sont propres, dans lesquels une seule organisation contrôle les données sur les groupes cibles et le mécanisme d’achat et d’affichage des publicités. De ce fait, ils n’utilisent plus de cookies.

En revanche, cela fait un moment que toute marche arrière est impossible. Revenir sur la tendance à la collecte, au traitement et à l’exploitation des données sur les consommateurs du monde entier est impossible en raison de sa prévalence et de son importance. Dans l’optique de protéger les individus, les gouvernements et les institutions misent sur l’évolution des mécanismes de suivi et le renforcement des outils législatifs et réglementaires. Cependant, au quotidien, ces outils se révèlent insuffisants pour prévenir l’intrusion de certains acteurs, notamment les Big Tech.

Il est essentiel de trouver des alternatives favorisant des technologies moins invasives et davantage respectueuses de la vie privée afin de se défendre face à cette mainmise. Les développeurs de solutions et d’applications doivent intégrer en tant que principe clé la confidentialité dès la conception. De plus, il est important que les consommateurs aient le choix entre des solutions actuellement plébiscitées et d’autres marquées davantage par le respect et la conformité à la législation concernant la protection des données personnelles, ce que certaines solutions déjà existantes permettent d’assurer grâce aux certifications dont elles bénéficient.

Le sujet de la vie privée devient majeur tandis que l’inquiétude des individus et des gouvernements augmente face aux conditions de collecte, de traitement et d’exploitation des données personnelles. De nombreux outils réglementaires permettant d’encadrer ces activités ont été créés pour répondre à ces préoccupations. Cependant, transformer radicalement les cultures et les mentalités est impératif pour assurer une réelle protection de la vie privée. A commencer par le fait d’obliger les Big Tech à respecter ces principes. Il est également essentiel de sensibiliser les consommateurs à s’informer et à envisager d’autres solutions beaucoup plus conformes aux attentes individuelles et collectives de la protection des données personnelles, même si elles sont aussi moins connues.

Auteur : Maciej Zawadziński, CEO de Piwik PRO

[1] https://www-pewresearch-org.translate.goog/internet/2019/11/15/americans-and-privacy-concerned-confused-and-feeling-lack-of-control-over-their-personal-information/?_x_tr_sl=pl&_x_tr_tl=fr&_x_tr_hl=pl&_x_tr_pto=ajax,se,elem

(c) Ill. DepositPhotos

Cliquez pour commenter

Commenter

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Marketing PME aide les PME PMI et TPE à développer leur business en 2021
Vers le haut