Marchés et cibles

L’impact la Woke culture sur le marketing de l’entreprise

Le wokisme, la culture woke : de nouveaux défis pour les marques... en remplacement des institutions politiques traditionnelles ?

Le wokisme, la culture woke : de nouveaux défis pour les marques… en remplacement des institutions politiques traditionnelles ?

En quelques années, la woke culture a conquis une partie importante de la jeunesse et notamment la génération Z. Plus de la moitié des 18-35 ans souhaitent désormais que les entreprises s’engagent dans leur communication marketing comme dans leur politique de ressources humaines à une meilleure prise en compte des revendications et des critères identitaires comme l’appartenance ethnique, l’identité de genre, ou la religion. C’est ce que révèle le sondage Harris Interactive réalisé pour l’Institut du Dialogue Civil et publié le 18 septembre [1]. Ces nouvelles aspirations constituent un véritable défi pour les marques.

La marque devient politique

Aux yeux des Français, les institutions politiques traditionnelles (élus, mais aussi ONG) apparaissent de moins en moins comme des acteurs capables de changer la société et de répondre aux défis de notre époque. À la différence des entreprises qui, avec la montée en puissance de la RSE et du statut d’entreprise à mission, voient leurs rôles sociétales et politiques s’accroître.

Certaines thématiques rassemblent toutes les générations. La défense de l’environnement est un enjeu majeur pour 89 % des Français, 84 % placent également le bien-être animal et la place des femmes parmi leurs priorités. Mais les 18-35 ans portent également des combats plus identitaires directement issus du mouvement Woke, comme la prise en compte par les entreprises des revendications liées à l’appartenance religieuse, ethnique ou de genre.

Adoptez un livre

Sur ces nouvelles thématiques, une profonde fracture générationnelle s’est ouverte. Ainsi, le sondage Harris Interactive pour l’Institut du Dialogue civil révèle, par exemple, que si 78 % des moins de 35 ans souhaitent que la société réponde mieux « aux attentes des personnes en fonction de leur religion », ils ne sont que 29 % parmi les plus de 50 ans à soutenir cette proposition. Un écart de 49 points qui sera la source de difficultés pour trouver la bonne façon de parler de ces sujets à l’ensemble de la population.

Pour les générations Z et Y, l’entreprise est devenue le lieu naturel où doit s’exercer la nouvelle « justice sociale ». C’est en contraignant les entreprises à intervenir sur ces fournisseurs, ses clients, ses produits, ses actionnaires, ses collaborateurs…que cette génération souhaite changer les habitudes et transformer la société. Si, en tant que consommateurs, les plus de 50 ans continuent de placer en tête des critères qui les incitent à choisir une marque des aspects comme la qualité du produit, ou son prix et finalement s’intéressent assez peu aux aspects liés à la religion, le genre ou l’appartenance ethnique, ce n’est pas le cas des moins de 35 ans.

Frédéric Lefret, Président de l’Institut du Dialogue Civil

55 % des 18-35 ans considèrent, par exemple, que lorsqu’ils achètent un produit les critères liés à la « place accordée par l’entreprise qui commercialise ce produit aux attentes des personnes selon leur identité sexuelle » sont prioritaires, de même pour la religion ou l’appartenance ethnique.

Le marketing de l’entreprise est alors scruté à la loupe pour y détecter tous positionnements qui pourraient renforcer selon eux cette justice sociale.

Le wokisme un nouveau défi pour le marketing

Pour l’entreprise, ces nouveaux positionnements complexifient la politique marketing de l’entreprise. En effet, comment tenir un positionnement marketing woke auprès des plus jeunes consommateurs quand les consommateurs plus âgés le rejettent ?

Comment développer à l’international ce positionnement marketing quand la culture des pays des consommateurs est antinomique sur ce sujet ?

Pour éviter les pièges, les bad buzz et les interpellations militantes, c’est à un véritable travail d’équilibriste que les marques doivent se préparer aussi bien sur les réseaux sociaux, la publicité, les relations presse que dans leur politique RH ou RSE.

Une difficulté supplémentaire apparaît vite, car les combats portés par la génération woke évoluent rapidement pour les anticiper il faut tenter de les comprendre, de connaître leurs racines. Quels sont les agendas cachés des organisations qui les défendent ?

Une e-génération prêt aux actions radicales auprès des entreprises

Bien se préparer à ce défi est un enjeu vital pour les entreprises, car le risque de subir des attaques violentes se développe. En effet, pour défendre leurs idées, les moins de 35 ans sont bien plus nombreux que leurs aînés à envisager le recours à des méthodes radicales, comme d’occuper de force un site (32%), de dégrader des panneaux publicitaires, ou même de pratiquer des micro-sabotages auprès de l’entreprise.
C’est la conséquence de leur impatience face aux dangers qu’ils considèrent comme imminents et qui légitiment, selon eux, des actions radicales.

Ces aspirations à la radicalité sont soutenues et entretenues par de nombreuses publications militantes et universitaires et par des organisations d’activistes qui ces dernières années ont considérablement professionnalisé leurs méthodes (infiltration, retournement de salariés, maîtrise de la communication digitale…).

Désormais les attaques peuvent être globales, être menées par des activistes stratèges qui n’hésitent pas, par exemple, à utiliser le trouble suscité chez les salariés d’une entreprise par une polémique pour tenter de les recruter et d’infiltrer la société.

Face à ces potentielles attaques, les entreprises ne doivent ni sous-estimer la menace ni sur réagir. Encore une question d’équilibre.

Auteur : Frédéric Lefret, Président de l’Institut du Dialogue Civil

[1] https://harris-interactive.fr/opinion_polls/rapport-harris-la-france-est-elle-woke/

(c) Ill. DepositPhotos

Cliquez pour commenter

Commenter

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Marketing PME aide les PME PMI et TPE à développer leur business en 2021 Sélectionnez votre agence avec Sortlist
Vers le haut
// Infinite Scroll $('.infinite-content').infinitescroll({ navSelector: ".nav-links", nextSelector: ".nav-links a:first", itemSelector: ".infinite-post", loading: { msgText: "D'autres articles sont en chargement...", finishedMsg: "Désolé, il n'y a pas d'autre article" }, errorCallback: function(){ $(".inf-more-but").css("display", "none") } }); $(window).unbind('.infscr'); $(".inf-more-but").click(function(){ $('.infinite-content').infinitescroll('retrieve'); return false; }); $(window).load(function(){ if ($('.nav-links a').length) { $('.inf-more-but').css('display','inline-block'); } else { $('.inf-more-but').css('display','none'); } }); $(window).load(function() { // The slider being synced must be initialized first $('.post-gallery-bot').flexslider({ animation: "slide", controlNav: false, animationLoop: true, slideshow: false, itemWidth: 80, itemMargin: 10, asNavFor: '.post-gallery-top' }); $('.post-gallery-top').flexslider({ animation: "fade", controlNav: false, animationLoop: true, slideshow: false, prevText: "<", nextText: ">", sync: ".post-gallery-bot" }); }); });